Business story

Bâtonnier et ambassadeur d’une vision de développement

Philippe Héry, avocat associé chez Oratio Avocats devient bâtonnier au barreau d’Angers.

Philippe Héry est, jusqu’au 31 décembre 2017, le premier bâtonnier du barreau d’Angers avocat d’affaires. Venant du conseil, spécialisé en fiscalité, Philippe Héry a souhaité proposer une impulsion différente, engageant ses pairs à s’intéresser aux technologies d’aujourd’hui, à incarner de façon plus pragmatique leur rôle de manager. Enfin, le bâtonnier Héry s’investit particulièrement en faveur du développement économique de la région Maine-et-Loire. Interview.

Pour la première fois, l’ordre des avocats du barreau d’Angers a souhaité élire un bâtonnier avocat d’affaires. Comment l’expliquez-vous ?

Depuis plusieurs années maintenant, les besoins du marché du droit évoluent et, en conséquence, le nombre d’avocats d’affaires s’est accru dans des pro- portions sensibles. Conscient de cette évolution depuis plusieurs années, le barreau d’Angers a progressive- ment intégré à la vie de l’ordre des avocats issus du monde du conseil et c’est avec confiance qu’il a décidé d’élire un avocat de ce sérail.

Ma vision économique est la première raison pour laquelle j’ai sans doute été sollicité. Et je pense que cela a une incidence sur mon mandat et le conseil de l’Ordre. Ma culture du conseil, différente de celle des avocats plaidants, apporte des réflexions et des éclairages nouveaux par rapport à mes confrères du monde judiciaire.

Quels changements votre culture apporte-t-elle concrètement ?

Tout d’abord, il faut garder à l’esprit que la mission de bâtonnier ne dure que deux ans. Ce travail demande de l’investissement et pour la plupart des élus, mener de front un mandat et son activité professionnelle ne peut être que temporaire. Ensuite, il faut également retenir que chaque bâtonnier arrive avec sa personnalité, ses compétences et sa propre vision du métier. Consciem- ment ou inconsciemment, chacun apporte « sa patte ». En fonction de sa sensibilité, chaque bâtonnier priorise des projets, en développe d’autres, propose de nou-

velles idées, etc. D’un mandat à l’autre, certaines actions sont maintenues, d’autres sont abandonnées. Tout cela est logique : une idée a beau sembler bonne, si elle ne fonctionne pas, c’est qu’elle ne répond pas finalement au besoin du moment. Ainsi, mon prédécesseur a eu l’excellente initiative de revoir le site internet de l’Ordre et je continue de l’améliorer parce que cette idée était vraiment utile.

Pendant mon mandat, j’ai développé plusieurs actions en faveur de la formation. Je les ai souhaitées pratiques pour appréhender les défis qui se profilent : les nouveaux outils numériques, les consultations électroniques et les réseaux sociaux notamment. J’ai également insisté sur la gestion des honoraires : com- ment facturer l’honoraire le plus juste ? comment le présenter à son client ? comment réagir face à ses éventuelles objections ? Sur le plan juridique, j’ai engagé les avocats à valider leurs connaissances spécifiques par l’obtention de certificats de spécialisation afin qu’ils puissent se démarquer. Il est important pour les clients de savoir s’ils ont affaire à un spécialiste de la construction ou du droit social par exemple.

Sur le plan de la représentation du barreau d’Angers, avec le conseil de l’Ordre, nous avons impulsé des actions de mécénat et de partenariat. Le Barreau s’im- plique ainsi dans des actions de développement du territoire comme le soutien en faveur de l’innovation, de la création/transmission d’entreprises, etc. Un cer- tain nombre de partenariats ont été mis en place et sont encore à l’heure actuelle en développement.

Enfin, nous avons organisé au sein de l’Ordre des rendez-vous, « Les Petits déjeuners du bâtonnier », deux fois par mois. J’invite à se rencontrer quatre avocats d’affaires et quatre avocats du monde judiciaire. Ils apprécient de mieux se connaître, de se familiariser avec des spécialités qui ne sont pas les leurs et de tisser des liens.

Qu’est-ce que votre mandat vous aura apporté ? Sur un plan personnel, professionnel et au niveau de votre cabinet.

Sur un plan personnel, cela m’aura apporté une vue panoramique de la profession. Je la vois aujourd’hui d’une façon plus large, embrassant tous les domaines du droit. La nécessaire prise de recul du bâtonnier donne une perception plus complète. Je rencontre énormément de personnes que j’ai peu l’occasion de croiser habituellement et j’ai pu constater à quel point, le monde juridique est large. Cela m’a permis de voir que notre profession est organisée de façon très claire et très rigoureuse, avec de nombreuses structures et événements qui en rythment la vie : Conseil de l’Ordre, Conférence des bâtonniers, Conseil national des barreaux, etc.

Sur un plan professionnel, ce mandat m’a permis de mieux appréhender les adaptations nécessaires à la profession. J’étais déjà conscient que ma pratique se modifierait dans l’avenir, aujourd’hui je sais que cela surviendra rapidement et profondément. Mon regard

sur la profession a changé. Très loin de l’idée reçue de l’avocat cloîtré dans son bureau ou en plaidoirie, l’avo- cat travaille en équipe. Manager, toujours au service du client, il fixe des objectifs, fait passer des messages, impulse des projets et dynamise son entreprise. D’ailleurs, pour le cabinet Oratio, 100 personnes dont 50 avocats et juristes, je réfléchis à la gestion de mon bureau d’Angers. Une nouvelle organisation doit favo- riser une progression aussi collective qu’individuelle, améliorer la qualité de nos services et la satisfaction de nos clients.

Être bâtonnier est-il un honneur pour vous ? Comment votre mandat rayonne-t-il sur votre cabinet ?

Chez Oratio, avec Philippe Tuffreau, nous sommes deux bâtonniers, ce qui est très rare au sein d’un même cabi- net. Pour ma part, je pense qu’être bâtonnier est un grand honneur. Pour mon cabinet, en qualité d’avocat et en tant que personne.

Il est important pour moi qu’à l’issue de mon mandat les avocats puissent dire que le « bâtonnier Héry a fait beaucoup de choses pour eux » et surtout que mes actions leur ont été utiles.

partager sur

Articles Similaires
Oratio Avocats
Business story

« Plus d’espoir et plus de dynamique »

Rencontre avec Yves Gillet, président du groupe Keran, décryptages des réformes MACRON par un serial entrepreneur.


Interview de Yves Gillet

Business story

Oratio Avocats / STREGO : les précurseurs de l’interprofessionnalité

Cet article vous éclaire sur l’inteprofessionalité et ses enjeux dans le monde juridique.


Interview de Gilles Camphort

Business story

Chef d’entreprise cherche partenaires fiables

Un accompagnement au quotidien de son avocat, c’est ce que recherchent les dirigeants d’entreprise. Patrick Montfort raconte son expérience avec Oratio Avocats.


Interview de Patrick Montfort

Business story

Oratio Avocats / STREGO : les précurseurs de l’interprofessionnalité

Alors que l’interprofessionnalité occupe des débats sans fin au sein des professions juridiques et comptables depuis la loi Macron

S'abonner
à la newsletter